20.7.09

The Summer Love contest
















ce dessin correspond à une vision (un cauchemar?)
qui m'est apparue dans la nuit de samedi à dimanche,

un soleil escargot diffusant des êtres de plaisir
au son de sonic youth, rock'n roll queen by subway et seven nation army.
un maëlstrom.

cliquez dessus pour en voir toute l'affrosité.


*





Mais revenons à notre concours.


Quel est votre aphrodisiaque favori ? C'était la question de ce Summer Love Contest. Merci pour vos photos, vos dessins et vos mots. Dans l'ensemble, des réponses très douces et poétiques. Rien de graveleux, rien que du gentil et du charmant. Parfait pour l'été et pour l'époque.
What is your favorite aphrodisiac ? That was the question. Thanks for your sweet and poetic answers...








- Hello, I'm Paulette.
In a few seconds I will reveal the winners.
I guess they chose me because they think I'm a total sex addict.










... and they're totally right.









To prove it I do a very hot strip-tease rrrrrrrrright now !










Wow ! (CENSORED)













Winner #1

Bravo au gastéropode bien monté de Mai-Lan, tenancière du formidable site lesbobodessins.fr. Un aphrodisiaque original et joliment réalisé. Son talent n'a d'égal que son sens du détail. Ici, remarquez le téton qui pointe...
The first winner : Mai-Lan and her hot snail.








Winner #2

Léa, qui, clouée par la grippe loin de ses proches, dans une chambrette d'Amérique du Sud, trouve un réconfort sensuel dans une lecture muy caliente... Bon, évidemment, c'est mieux de comprendre l'espagnol pour ressentir l'émoustillement, mais bon.

"Une nouvelle de Cortazar, vers 3h du matin, alors que la grippe m'assaille en terre argentine, que ma chambre devient mon couvent et que mes amours sont lointaines. Les religieuses aussi s'échappent-elles grâce aux lectures doucereuses de beaux écrivains argentins expatriés? Ce fut mon petit moment d'évasion sensorielle :
El Río
Y sí, parece que es así, que te has ido diciendo no sé que cosa, que te ibas a tirar al Sena, algo por el estilo, una de esas frases de plena noche, mezcladas de sábana y boca pastosa, casi siempre en la oscuridad o con algo de mano o de pie rozando el cuerpo del que apenas escucha, porque hace tanto que apenas te escucho cuando dices cosas así, eso viene del otro lado de mis ojos cerrados, del sueño que otra vez me tira hacia abajo. Entonces está bien, qué me importa si te has ido, si te has ahogado o todavía andas por los muelles mirando el agua, y además no es cierto porque estás aquí dormida y respirando entrecortadamente, pero entonces no te has ido cuando te fuiste en algún momento de la noche antes de que yo me perdiera en el sueño, porque te habías ido diciendo alguna cosa, que te ibas a ahogar en la Sena, o sea que has tenido miedo, has renunciado y de golpe estás ahí casi tocándome, y te mueves ondulando como si algo trabajara suavemente en tu sueño, como si de verdad soñaras que has salido y que después de todo llegaste a los muelles y te tiraste al agua. Así una vez más, para dormir después con la cara empapada de un llanto estúpido, hasta las once de la mañana, la hora en que traen el diario con las noticias de los que se han ahogado de veras.

(...)

No es por eso que te toco, en la penumbra verde del amanecer es casi dulce pasar una mano por ese hombro que se estremece y me rechaza. La sábana te cubre a medias, mis dedos empiezan a bajar por el terso dibujo de tu garganta, inclinándome respiro tu aliento que huele a noche y a jarabe, no sé como mis brazos te han enlazados, oiga una queja mientras arqueas la cintura negándote, pero los dos conocemos demasiado ese juego para creer en él, es preciso que me abandones la boca que jadea palabras sueltas, de nada sirve que tu cuerpo amodorrado y vencido luche por evadirse, somos a tal punto una misma cosa en ese enredo de ovillo donde la lana blanca y la lana negra luchan como arañas en un bocal. De la sábana que apenas te cubría alcanzo a entrever la ráfaga instantánea que surca el aire para perderse en la sombra y ahora estamos desnudos, el amanecer nos envuelve y reconcilia en una sola materia temblorosa, pero te obstinas en luchar encogiéndote, lanzando los brazos por sobre mi cabeza, abriendo como en un relámpago los muslos para volver a cerrar sus tenazas monstruosas que quisieran separarme de mí mismo. Tengo que dominarte lentamente (y eso, lo sabes, lo he hecho siempre con una gracia ceremonial), sin hacerte daño voy doblando los juncos de tus brazos, me ciño a tu placer de manos crispadas, de ojos enormemente abiertos, ahora tu ritmo al fin se ahonda en movimientos lentos de muaré, de profundas burbujas ascendiendo hasta mi cara, vagamente acaricio tu pelo derramado en la almohada, en la penumbra verde miro con sorpresa mi mano que chorrea, y antes de resbalar a tu lado sé que acaban de sacarte del agua, demasiado tarde, naturalmente, y que yaces sobre las piedras del muelle rodeada de zapatos y de voces, desnuda boca arriba con tu pelo empapado y tus ojos abiertos.


Julio Cortázar, Cuentos completos
"





Winner #3

La Couturier, fétichiste de la mode et des mots, fashion bloggueuse fine et créative, dont les 2 amours, New-York et Paris, fusionnent dans une même excitation pour les fringues et les talons en particulier. Elle en a m^me inventé le shoe-gasm...









Félicitations à Mai-Lan, Léa et La Couturier,
qui recevront sous peu leurs prix Summer Love Contest.




Merci à tous les autres,
j'ai passé des soirées très chaudes à lire les réponses et à essayer tous les aphrodisiaques.









- Now I'm so excited... Where is my perrot ?
- - -



17 commentaires:

greta g a dit…

J'aimerais bien avoir les mêmes cauchemars (moins l'escargot peut-être...). J'adore littéralement le dessin de la dame "Et ils ont bien raison" : en cliquant dessus, on voit la matière, le côté imparfait... en vrai, ce sont des petits ou des grands dessins ? Et les vends-tu, éventuellement ?

Sophie, the Barton Girl a dit…

Oh, wow! Awesome blog, comme dirait l'autre. Là, je dois dire que je suis trop ébaubie par la richesse de ton blog pour te laisser un commentaire construit... mais je vais te suivre, laisser décanter et ça va bien finir par venir - I hope.

la flore et la faune a dit…

greta g, la dame s'appelle Paulette. Merci pour la matière, je vais finir par dessiner directement avec des saucisses et de la terre. Pour la taille, ce qui est à l'écran est un peu plus grand que nature, pour ce dessin. Je le vends si on me propose beaucoup d'argent, sinon je le donne.

Sophie, the Barton Girl, merci et n'hésite pas à laisser des commentaires déconstruits, ça marche aussi. d'autant plus que j'aime bien le mot "ébaubie".

camille a dit…

ouf! heureusement que j'ai pas joué alors!!
Tu aurais du jouer à ton concours, tu aurais gagné, il est superbe ton dessin. J'adore la Paulette cryptée qui envoie valser sa culotte rouge !

Mai-Lan a dit…

Camille a raison: ta vision psychédélique elle est whaaaaoooouuu !

la flore et la faune a dit…

camille, j'aurais adoré recevoir ton fav aphr en photo. Mais le concrete rainbow t'appelait ailleurs... et merci pour l'idée du concours que je gagne : je vais m'envoyer une surprise.

Mai-Lan, ah non mais tu imagines mon état au réveil un peu ?

yvonneyvonne a dit…

wouahouh! Et on peut avoir les autres réponses??? pour celles qui se reposent sur l'aphrodisiaque mood du sunshine????!!!!!
Encore merci pour ces jolis traits de crayons!

Nina (Femme Rationale) a dit…

are these your illustrations? they're really cool!

la flore et la faune a dit…

yvonneyvonne, voici donc quelques autres réponses (j'en donnerai de temps en temps dans les coms jusqu'à la fin du mois) :

le soleil, la chaleur, un point c'est tout! (pratique pour une parisienne, avec 2 mois de pseudo chaleur par an...!)

un bon reggae, genre Redemption Song, la guitare sèche, les volutes
et les good vibes...

un coucher de soleil les pieds dans l'eau

my fav aphrodisiac is champagne

moi c'est de voir un couple au resto qui n'a plus rien à se dire.

un glaçon sur les tétons comme avec Kim Basinger

la flore et la faune a dit…

Nina, thanks. You have an interesting pseudo...

NiniLesYeuxDoux a dit…

Pourquoi son perroquet ? Elle est zoophile ? Avec un perroquet ça doit être assez limité non ?

Cécile a dit…

Mon faune,
je ne lis pas du tout l'espagnol ... quelle frustration !!! ... quel désir insatisfait ...

la flore et la faune a dit…

Nini, Paulette n'est pas zoophile, elle est cérébrale. Dans un épisode précédent, elle avoue son vice :
http://lafloreetlafaune.blogspot.com/2009/06/i-love-when-my-cherish-parrot-balladoux_22.html

Cécile, moi non plus, mais c'est encore plus aphrodisiaque ainsi

Amandine. a dit…

ouais bah pour un cauchemar ça va quoi ^^ on a vu pire ...sinon belle illustrations

Peeptoes a dit…

the illustrations are sooo cool!! great contest!! I love dancing, why did u knew it??
xoxo!

Anonyme a dit…

This is so cool and different! Thanks for the coment!

Olga x!

http://opmstyle.blogspot.com

la flore et la faune a dit…

Amandine, bon, c'est vrai, ya pire. mais quand même, l'escargot rouge...

Peeptoes, you should have participated. I can feel it ...

Anonyme, I like your header very much