1.4.11

Le Club des Deux Marches


Ça faisait un petit bout de temps que je n'étais pas allé du côté de mon club préféré, le Club des Deux marches. Nommé ainsi en raison des 2 marches à descendre pour y pénétrer. Situé dans une petite rue près du Jardin du Palais-Royal, le Club des Deux marches a été créé dans les années 1990 par une ancienne prostituée vive et cultivée, Mado. Une longue femme sèche aux cheveux très noirs et aux grands yeux pâles. La voix Mouglalis, la cigarette inséparable. Egérie d'un auteur de polars dans sa jeunesse. Originaire de Bayonne. Accro aux soupes japonaises et aux parfums de Lutens. Reine de son petit monde, le rire et l'indignation faciles.

Le Club n'existe plus.

C'était un soir de juin, après un dîner avec Nora dans un restaurant de mouclades au pineau des Charentes tenu par un couple de Rétais aux cheveux blancs et chemisettes bleu ciel, depuis repartis dans leur île.
Nous entrons dans le Club, curieux. A l'époque, le Jardin du Palais-Royal était encore à l'écart. Colette, le concept-store, n'existait pas encore rue Saint-Honoré. Un grand marronnier ombrageait le bac à sable, sous les fenêtres de l'appartement de Colette, l'écrivain. Pas de boutiques de luxe sous les arcades. Une ambiance générale d'être hors de la ville. Une enceinte désaffectée et ensoleillée, tranquille et familiale, habitée par les étudiants, les moineaux, les vieux, les oisifs, les fantômes des joueurs et des demi-mondaines. Un jardin privé pour connaisseurs.

Et donc, à côté, le Club. Une petite porte de métal jaune, une sonnette. Deux marches plus bas, un écrin sombre et rouge sang, hanté par Mado et ses habitués. Des fauteuils bas et lourds. De petites tables rondes. Une mini piste de danse, tout juste assez grande pour accueillir un couple enlacé. Un comptoir acajou, tenu par Osvaldo, Chilien jeté à Paris par la vie. Osvaldo qui avait d'abord fait ses armes au Harry's Bar, Venise. Et qui à présent régalaient les amis de Mado de ses coquetèles dosés au millimètre.

Osvaldo, la classe.
Toujours un nœud pap en velours milleraies.



4 commentaires:

Séverine a dit…

très nostalgique... on dirait que les années 1990 sont très très loin déjà...
une belle photo du quartier en tous cas

Cécile a dit…

pas mal du tout cette idée du faux journal ou de la nouvelle très courte sur un ton gouailleur et de vieux narrateur de polar désabusé.
ça nous change ! :-)

greta g a dit…

D'accord avec Cécile, bonne idée !
Mais à mon avis, tout est vrai dans ce souvenir, non ?
En tout cas belle écriture je trouve, très évocatrice :)

Davidikus a dit…

Je n'ai jamais connu ce bar. Dommage. D'autres doivent être en train d'ouvrir... Ainsi va la vie.

http://davidikus.blogspot.com/