6.9.09

Sex Toy

---
-
-
-
-
-
Yes, I love my Sex Toy !











A perfect size... Not too big, not too small. I can put it in my bag, I take it everywhere.











I can't do without. I take it to the restaurant, in my bed, at museums, at fashion shows,
while I'm watching TV or playing cards with my friends. He's always with me.











Aren't you my dear ? Say hello, Sex Toy !











-And, you know, love with animal, it's better to begin with a small size.
-
-
-

23 commentaires:

Sophie, the Barton Girl a dit…

Ah ben, bravo, La Flore! Je vois que les vacances t'ont réussi car il est manifeste que tu tiens la grande forme.

Alors, tu es allé chez Colette hier pour faire dédicacer ta copie du Sartorialist par Scott? Raconte.

Mai-Lan a dit…

Oui c'est un retour en fanfare, et ta mise en couleur elle est shocking aussi ! J'adore !

Cécile a dit…

ça m'y fait songer mais je n'ose même pas rapporter ici comment un de mes amis, il y a de très lointaines et nombreuses années, surnommait les yorkshires et autres petits chien-chiens des médémes (de préférence un peu bourges) que l'on croisait dans la rue ...

la flore et la faune a dit…

Sophie, merci. Le far niente au sens propre me réussit toujours. Chez Colette, c'était la fête : tout d'abord, vers 16h17, je monte voir l'expo tout en haut, dans la petite mezzanine (Todd James). Et là, je reconnais le profil de Garance Doré, avant d'en découvrir l'allure et les jambes vertigineuses. Non loin, sur le banc, Scott, interviewé par une demoiselle au chignon noir. Je redescends pour me renseigner sur le prix d'un blouson qui me plaît bien mais comme c'est une série limitée à 1200 € je continue à descendre. Je sens un frémissement dans le store. Une petite table, des fans vibrionnants, sacs en main contenant LE livre du Sartorialist. Et brusquement, tout s'accélère. 16h24, Une file d'attente sauvage se forme sur le côté. 16h28, une autre se structure dans le sens opposé, enserrant le corner tshirt comme un boa. 16h31, cette même file reçoit la consigne de se redéployer hors du magasin. 16h32, l'Américaine aux cheveux de jais et aux lèvres violettes (à cause du makeup, pas d'un malaise vagal) me dit qu'elle ne bougera pas de sa place chèrement conquise. Je lui conseille de ne pas serrer son exemplaire de façon aussi crispée, elle risque de l'abîmer et de faire signer à Scott un vieux livre d'occasion alors qu'il vient de sortir. 16h37, pour des raisons personnelles, je ne peux attendre plus longtemps, alors tant pis, je cède ma place et m'extirpe des files d'attentes excitées. Je rampe entre les photographes jusqu'à la petite table. Serrés l'un contre l'autre, respirant l'amour et la beauté, le bonheur, Garance et Scott, stylo à la main, commencent à dédicacer.
Cet après-midi là, chez Colette, une formidable Faune, de fauves, de félins, une Flore rêvée, de belles plantes plantureuses ou longues, aux granges noires et sourires rouges pâles. Dommage, je n'avais pas mes feutres.



Mai-Lan, j'aime bien cette expression du retour en fanfare, j'entends littéralement la grosse caisse et le tuba. Et merci pour les couleurs, j'adore barbouiller.


Cécile, tu en as trop/pas assez dit. Alors ? Si c'est trop oléolé j'ai pouvoir en tant que maître de ce blog de Supprimer le commentaire. De censurer. Alors ?

Miss Gourmandise a dit…

Moi aussi en voyant le nombre grandissant des personnes avec chien je me suis une fois posée la question mais je me suis tu me croyant perverse:)))voila qui me réconforte:pp

Cécile a dit…

tu l'auras voulu ...
Il appelait ces peitits animaux ridicules, parfois affublés de couetttes sur le sommet du crâne ou de tenue imperméable les lèche-clito de ces dames.
(sifflement faussement désinvolte)
(hum !)
(silence gêné)
(petit coup de pied dans un caillou opportun)
(ricochets dans l'eau)
(voilà, voilà)

Question de has-been inguérissable : Qui donc est Scott ? (tu remarqueras que, tout d'même j'ne demande pas : qui est Colette ? parce que je sais tout d'même qu'il s'agit d'un grand écrivain français) (ah-ah ! c'que j'suis drôôôôle !!)

camille a dit…

rôôôô Cécile !! m'enfin Scott c'est l'amoureux de Garance ! c'est the Sartorialist (je n'aime pas ce mot anglais, horrible, ça ressemble trop à "sarkozyste" ou au nom d'une maladie mentale grave, c'est pas sa faute mais bon)

La faune, j'adore ton feedback chez Colette, on s'y croirait, pas besoin des feutres. Enfin quand même, un petit dessin sur le sujet serait parfait ! (en plus j'ai pas pu y aller, j'étais à Clermont Ferrand ! top glamour comme destination ;)

moi aussi j'aime beaucoup quand tu colorises tes dessins.

lafloreetlafaune.com a dit…

Miss Gourmandise, finalement, tout le monde se dit ça, alors... nous avons révélé tout un pan de la sexualité des Françai(se)s.


Cécile, je pense que depuis hier ton expression a déjà fait le tour de Paris, bravo...
Et Scott > http://thesartorialist.blogspot.com/


Camille, je trouve que tu vas trop souvent à Clermont Ferrand pour ne pas être Auvergnate. Chine, NY, Auvergne...what a baroudeuse...

nikki a dit…

fucking hilarious

Cécile a dit…

@Camille, Garance, Scott, mon faune
Scott Schuman ... ... bon sang mais c'est bien sûr !! ... j'avais lu un petit article sur lui dans un magazine : le monsieur qui photographie des filles-mode dans la rue. Une fille blonde ébourrifée très pâle en kimono court brodé bleu ciel, jambes nues et chaussures à hauts talons avait particulièrement retenu mon attention (depuis je cherche un kimono pour perpétuer cet esprit mais en vain ! ...)

...
enfin ... il ne faut pas m'en vouloir mais je suis une fille très démodée (plutôt Walter Scott ou Scott Fitzgerald et Ella.)

quant à LA expression qui fait actuellement le tour de Paris : je rends à César ce qui est César : il s'agit d'une invention langagière de mon copain Toto (car ... oui Camille, moi aussi, je connais un Toto)(mais qui ne vit pas avec Lolo)

deep_in_vogue a dit…

Hahah another great one. You know what, I actually thought about you when I took that pic by the tree :o).

E a dit…

Aw, now that is sweet, or terrifying, I can't decide...

la flore et la faune a dit…

Cécile, que de points communs avec Camille décidément


Div, that's a very nice idea and a great tribute to Flora


E, don't decide, sweetest things can be terrifying

camille a dit…

attends, j'y suis allée une fois en huit mois !


(bon ok je suis auvergnate)

la flore et la faune a dit…

héhé... Bravo, c'est une des plus belles régions du monde. Et le repaire du caviar des fromages, le Salers. Sinon, j'ai répondu à ton message laissé sur le blog de Garance sur le tien. Euh, on se comprend ?

MC a dit…

J'aime particulièrement les couleurs de ce strip et l'expression de la dernière image, la plus terrible à mon avis. Vendez-vous vos dessins, ou exposez-vous ? Ils ont une drôle de noirceur et d'étrangeté.

stellawantstodie a dit…

nice!!

about youur question, yes, I´ve made my tee!

la flore et la faune a dit…

MC, merci du commentaire. Je peux donner ou vendre les dessins, tout dépend, le mieux est de m'envoyer un mail.

stella, je suis donc rassuré

WJ a dit…

See Frank Zappa's Dirty Love. "The poodle bites...the poodle chews it..."

la flore et la faune a dit…

Excellent reference, bravo

Catherine Blair Pfander a dit…

Ahh, these are absolutely amazing: "l'amour aves les animaux, il vaut viex commencer avec un petit gabarit"

J'aime vos illustrations!

Sophie, the Barton Girl a dit…

Très cher, mille fois merci pour le merveilleux compte-rendu de chez Colette - quelle prose, quel humour!

la flore et la faune a dit…

Catherine, merci beaucoup.

Sophie, merci aussi, je sais qu'en la matière j'ai affaire à une spécialiste ;