10.9.09

Adam & Eve

-
-
-
-
-
-
-You see, Eve, darling...










All this thing about a fruit to eat, and a snake...
It's just a phallic metaphore , don't you think ?










Do you mean I have to resist to the tentation ?










Sure, please resist, so we can stay in Paradise petting each other all day long !





9 commentaires:

Cécile a dit…

Par pure association d'idées :

"Salammbô s'accroupit sur la marche d'onyx, au bord du bassin ; elle releva ses larges manches qu'elle attacha derrière ses épaules, et elle commença ses ablutions, méthodiquement, d'après les rites sacrés.

Enfin Taanach lui apporta, dans une fiole d'albâtre, quelque chose de liquide et de coagulé ; c'était le sang d'un chien noir, égorgé par des femmes stériles, une nuit d'hiver, dans les décombres d'un sépulcre. Elle s'en frotta les oreilles, les talons, le pouce de la main droite, et même son ongle resta un peu rouge, comme si elle eût écrasé un fruit.

La lune se leva ; alors la cithare et la flûte, toutes les deux à la fois, se mirent à jouer.

Salammbô défit ses pendants d'oreilles, son collier, ses bracelets, sa longue simarre blanche ; elle dénoua le bandeau de ses cheveux, et pendant quelques minutes elle les secoua sur ses épaules, doucement, pour se rafraîchir en les éparpillant. La musique au-dehors continuait ; c'étaient trois notes, toujours les mêmes, précipitées, furieuses ; les cordes grinçaient, la flûte ronflait ; Taanach marquait la cadence en frappant dans ses mains ; Salammbô, avec un balancement de tout son corps, psalmodiait des prières, et ses vêtements, les uns après les autres, tombaient autour d'elle.

La lourde tapisserie trembla, et par-dessus la corde qui la supportait, la tête du python apparut. Il descendit lentement, comme une goutte d'eau qui coule le long d'un mur, rampa entre les étoffes épandues, puis, la queue collée contre le sol, il se leva tout droit ; et ses yeux, plus brillants que des escarboucles, se dardaient sur Salammbô.

L'horreur du froid ou une pudeur, peut-être, la fit d'abord hésiter. Mais elle se rappela les ordres de Schahabarim, elle s'avança ; le python se rabattit et lui posant sur la nuque le milieu de son corps, il laissait pendre sa tête et sa queue, comme un collier rompu dont les deux bouts traînent jusqu'à terre. Salammbô l'entoura autour de ses flancs, sous ses bras, entre ses genoux ; puis le prenant à la mâchoire, elle approcha cette petite gueule triangulaire jusqu'au bord de ses dents, et, en fermant à demi les yeux, elle se renversait sous les rayons de la lune. La blanche lumière semblait l'envelopper d'un brouillard d'argent, la forme de ses pas humides brillait sur les dalles, des étoiles palpitaient dans la profondeur de l'eau ; il serrait contre elle ses noirs anneaux tigrés de plaques d'or. Salammbô haletait sous ce poids trop lourd, ses reins pliaient, elle se sentait mourir ; et du bout de sa queue il lui battait la cuisse tout doucement ; puis la musique se taisant, il retomba."
Gustave Flaubert.

Mat a dit…

jolis tétons, Eve

The Anthology a dit…

Ah ha. Those two.

I just noticed that you had the Anthology listed under "ceux qui devraient dessiner" and I laughed and laughed. If you ever saw my drawings, you'd be appalled.

* Kelsey

Nadège a dit…

J'la sens pas prête !

la flore et la faune a dit…

Cécile, très belle association d'idées, si j'avais su qu'on citerait du Flaubert sur ce blog...

Mat, j'espère que tu as cliqué sur le dessin pour les voir de plus près

The Anthology : so you're not totally ready for the "Ceux qui dessinent list", I presume. But please show me one of your drawing ;

Nadège, tu sais Eve n'est pas une fille facile

Miss Gourmandise a dit…

mais Adam ne connait pas que Eve est chiante et elle va comme essayer:)))ils sont pas mal faits Adam et Eve

Pierre a dit…

j'aime bcp !!
seras tu sensible à ma derniere création poisson prune !!!
alors à bientot sur les blogs !
pierre

la flore et la faune a dit…

Miss Gourmandise, on voit que tu la connais bien, cette Eve.

Pierre, merci, je suis allé voir ta recette de ce pas et je suis alléché par la girolle&la prune.

Sophie, the Barton Girl a dit…

Je découvre ce billet et je glousse, puis je tombe sur le commentaire de Cécile et là, je me pâme.
Ben oui quoi, la Salammbô de Flaubert c'est LE triomphe de la langue française, le sacre du descriptif flamboyant (pas mal pour une oeuvre romantique)... Et cela faisait si longtemps que je n'avais eu le plaisir d'en savourer les charmes. Donc Cécile, si tu lis ces quelques lignes, merci!